LE BLOGUE DE PETAPAN


13 mai 2016

Une étape importante vers la réparation

Le gouvernement fédéral annonçait récemment qu’il renonçait à son statut d’objecteur vis-à-vis la Déclaration sur les droits des peuples autochtones de l’ONU. Même si cette reconnaissance parait être plus symbolique que significative (pour citer Ghislain Picard de l’APNQL) et qu’elle n’a aucune portée juridique, elle nous apparaît quand même importante puisqu’elle consacre un certain nombre de principes fondamentaux. Citons notamment l’article 26 de ladite Déclaration qui affirme : « Les peuples autochtones ont le droit de posséder, d’utiliser, de mettre en valeur et de contrôler les terres, territoires et ressources qu’ils possèdent parce qu’ils leurs appartiennent ou qu’ils les occupent ou les utilisent traditionnellement, ainsi que ceux qu’ils ont acquis. » 

Un tel principe, s’il sert à orienter le gouvernement fédéral dans ses relations avec les peuples autochtones, pourrait entièrement changer la donne au niveau des quelque 100 tables de négociation sur l’autonomie gouvernementale et des revendications territoriales globales qui existent au Canada. En effet, si le gouvernement Harper affirmait par le passé que la déclaration de l’ONU était impraticable en matière d’occupation du territoire et d’exploitation des ressources naturelles, le gouvernement Trudeau pourrait, quant à lui, s’en inspirer pour adopter une approche orientée plus vers la réparation que la confrontation. Et qui dit réparation implique nécessairement les principes d’accommodement, de partage et de compensation.

Jamais ne doit-on sanctionner une injustice sous prétexte qu’elle est difficile à réparer. La Déclaration de l’ONU incite le Canada et les Canadiens à admettre la vérité sur ce qui est arrivé aux Premiers Peuples. Elle les invite à réparer les injustices commises en facilitant l’accession des Nations autochtones à leur autonomie gouvernementale qui constitue, selon nous, la voie la plus directe vers l’utilisation, la mise en valeur et le contrôle des terres, territoires et ressources qu’elles possèdent.  



Retour au blogue

Important :Tout commentaire ou opinion seront acceptés sur ce blogue à condition qu’ils ne soient ni injurieux, irrespectueux ou haineux.